Le Café : quand et comment le consommer ?

IMG_7719

Le café est la deuxième boisson la plus consommée au monde, après l’eau et devant le thé: presque 300 kilos sont engloutis chaque seconde sur la planète!

Les principaux producteurs sont le Brésil et la Colombie.

Les pays du nord de l’Europe se révèlent être les plus gros amateurs de cette boisson. Finlande, Norvège, Islande sont en tête. Le fameux expresso italien arrivant en 11eme positon, et la France loin derrière, en 17eme position ; Même le Japon, autrefois réputé pour son rituel du thé voit sa consommation exploser depuis les années 2000.

En France, la consommation de café concerne plus de huit personnes sur dix et trois quart des salariés en boivent sur leur lieu de travail pour ses vertus stimulantes et la convivialité des moments partagés.

Arabica et Robusta :

Il existe deux grandes catégories de café, le robusta et l’arabica. Leur différence réside principalement dans leur saveur et leur teneur en caféine.

Le robusta a un goût puissant, corsé et plutôt amer. Il contient 2 fois plus de caféine que l’arabica plus doux et plus aromatique.

Le café, une boisson non dépourvue de conséquences sur notre métabolisme

Outre sa saveur qui plait à beaucoup, le café est souvent utilisé comme tonique, à la fois stimulant et anti-fatigue. Pris à la fin d’un repas, en quantité raisonnable (2 ou 3 tasses par jour) il remplit parfaitement sa fonction. Au delà, les effets du café peuvent s’avérer délétères à 3 niveaux.

Sur un plan psychique, le café améliore le tonus et aide à la concentration. Mais une prise journalière trop importante augmente la sensibilité au stress et favorise les angoisses. Or, on connait les effets néfastes du stress sur la digestion et la qualité de sommeil.

Sur un plan digestif, souvenons nous que le café est une boisson acidifiante. Il se trouve que les bactéries qui composent notre flore intestinale n’apprécient pas du tout l’acidité. Trop de café induit donc une altération de la qualité de notre microbiote et perturbe les enzymes digestives. Cette dégradation pourrait également jouer défavorablement sur notre moral puisque santé intestinale et bonne humeur vont de pair.

Au niveau de notre poids, le café n’est pas sans conséquences. Même s’il est pris sans sucre, le café génère un largage du glycogène, provision de sucre faite par le foie. A la suite de cela, le pancréas qui veille au taux de glucose sanguin, va sécréter de l’insuline, (hormone favorable au stockage) pour maintenir l’équilibre. Cette réponse foie-pancréas à la prise de café va générer de petites hypoglycémies réactionnelles, entrainant envies de sucre et appétit croissant. Vous l’aurez compris, le café, s’il est pris en trop grande quantité n’est pas favorable à la minceur !

En conséquence, pour déguster votre boisson favorite tout en gardant le meilleur de ses vertus, choisissez de boire votre café à la fin des repas sans dépasser 3 tasses par jour.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s