Le Café : quand et comment le consommer ?

IMG_7719

Le café est la deuxième boisson la plus consommée au monde, après l’eau et devant le thé: presque 300 kilos sont engloutis chaque seconde sur la planète!

Les principaux producteurs sont le Brésil et la Colombie.

Les pays du nord de l’Europe se révèlent être les plus gros amateurs de cette boisson. Finlande, Norvège, Islande sont en tête. Le fameux expresso italien arrivant en 11eme positon, et la France loin derrière, en 17eme position ; Même le Japon, autrefois réputé pour son rituel du thé voit sa consommation exploser depuis les années 2000.

En France, la consommation de café concerne plus de huit personnes sur dix et trois quart des salariés en boivent sur leur lieu de travail pour ses vertus stimulantes et la convivialité des moments partagés.

Arabica et Robusta :

Il existe deux grandes catégories de café, le robusta et l’arabica. Leur différence réside principalement dans leur saveur et leur teneur en caféine.

Le robusta a un goût puissant, corsé et plutôt amer. Il contient 2 fois plus de caféine que l’arabica plus doux et plus aromatique.

Le café, une boisson non dépourvue de conséquences sur notre métabolisme

Outre sa saveur qui plait à beaucoup, le café est souvent utilisé comme tonique, à la fois stimulant et anti-fatigue. Pris à la fin d’un repas, en quantité raisonnable (2 ou 3 tasses par jour) il remplit parfaitement sa fonction. Au delà, les effets du café peuvent s’avérer délétères à 3 niveaux.

Sur un plan psychique, le café améliore le tonus et aide à la concentration. Mais une prise journalière trop importante augmente la sensibilité au stress et favorise les angoisses. Or, on connait les effets néfastes du stress sur la digestion et la qualité de sommeil.

Sur un plan digestif, souvenons nous que le café est une boisson acidifiante. Il se trouve que les bactéries qui composent notre flore intestinale n’apprécient pas du tout l’acidité. Trop de café induit donc une altération de la qualité de notre microbiote et perturbe les enzymes digestives. Cette dégradation pourrait également jouer défavorablement sur notre moral puisque santé intestinale et bonne humeur vont de pair.

Au niveau de notre poids, le café n’est pas sans conséquences. Même s’il est pris sans sucre, le café génère un largage du glycogène, provision de sucre faite par le foie. A la suite de cela, le pancréas qui veille au taux de glucose sanguin, va sécréter de l’insuline, (hormone favorable au stockage) pour maintenir l’équilibre. Cette réponse foie-pancréas à la prise de café va générer de petites hypoglycémies réactionnelles, entrainant envies de sucre et appétit croissant. Vous l’aurez compris, le café, s’il est pris en trop grande quantité n’est pas favorable à la minceur !

En conséquence, pour déguster votre boisson favorite tout en gardant le meilleur de ses vertus, choisissez de boire votre café à la fin des repas sans dépasser 3 tasses par jour.

Publicités

Très bientôt: stage de sophrologie et nutrition.

IMG_3769

Vous en rêviez? il est prêt! Les 29 et 30 juin, j’aurai le plaisir de co-animer un stage alliant les 2 pratiques, nutrition et sophrologie, avec Sylvie Bertrand, sophrologue et présidente du centre de Formation Sophrologie et Développement d’Avignon

Pour en savoir davantage et s’inscrire, c’est ici :

Stage de sophrologie et nutrition

Aubergines à la menthe

Une recette simple, légère et savoureuse extraite de l’alimentation santé, les recettes:

Lavez deux aubergines et enlevez les extrémités puis coupez-les en tranches épaisses. Déposez-les sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé. Huilez la surface avec un pinceau, salez et poivrez. Enfournez vingt minutes à 180°.Pendant ce temps, pelez et hachez une gousse d’ail dégermée. Après cuisson, laissez refroidir les aubergines avant de les détailler en lanières. Saupoudrez légèrement de cumin et ajoutez l’ail haché, de la menthe fraiche ciselée et deux cuillères à soupe d’huile d’olive. Rectifiez sel et poivre et laissez mariner avant de servir. 
Capture d’écran 2014-02-28 à 17.28.33 IMG_7631

Mange moins, bouge plus….

IMG_0263

« Mange moins, bouge plus, et tu perdras du poids » !

Voilà l’injonction culpabilisante que les personnes en surpoids reçoivent régulièrement de la part de leur entourage.

C’est logique, implacable, presque mathématique: si on dépense plus de calories qu’on en absorbe, le surplus pondéral s’élimine.

Cela revient à considérer que notre silhouette ne repose que sur notre alimentation et l’exercice physique. Et c’est ce que bon nombre de publicités actuelles nous fait croire.

Et pourtant…

N’avez vous pas remarqué que lorsque les émotions sont vives, votre respiration se modifie et la déglutition devient difficile ?

N’avez vous pas noté qu’avant de rentrer en salle d’examen, votre transit se fait plus rapide ?

Pourquoi lorsque vous êtes amoureux vous ne prenez pas de poids, voire vous en perdez, sans changer votre alimentation ?

Pourquoi, lorsque vous vous sentez plus fragile, vous avez tendance à choisir les plats de votre enfance ?

Pourquoi le manque de sommeil ou le travail en horaires décalés font-il grossir ?

Toutes ces questions sont bien éloignées du calcul apport/dépenses de calories.

 

Un poids de forme est une des manifestations visibles des équilibres de santé.

Or, si l’alimentation en est un des paramètres incontournables, ce n’est pas uniquement le système digestif qui régit la silhouette.

C’est notre Etre global qui prend du poids ou qui en perd. C’est l’individu qui respire, se nourrit, élimine, pense et ressent des émotions.

Arrêtons de culpabiliser les personnes en surpoids par « mange moins, bouge plus ». Cela revient à nier leur histoire, leur culture, leurs émotions, leur souffrance, parfois.

Avant d’envisager la perte de poids, rappelons nous que notre première objectif est le bien être. Se sentir bien.

Cela passe par une meilleure synergie corps/esprit. Cela se construit par une meilleure gestion d’outils tels que la respiration abdominale, la gestion émotionnelle ou même le soutien de nos émonctoires dans leur fonction d’élimination des toxines.

La minceur en sera une des conséquences.

L’addiction au sucre, comment s’en défaire – web conférence

 

 

Capture d’écran 2019-05-09 à 18.38.29Vous mangez trop de desserts, vous êtes en surpoids, vous avec des envies compulsives de sucres.

Cette alimentation inadaptée vous fatigue et vous rend nerveux jusqu’à impacter votre sommeil.

Même en mobilisant toute votre volonté, rien ne semble arrêter votre besoin de manger.

Cette situation vous épuise, avec en plus la culpabilité de ne pas arriver à contrôler vos prises alimentaires, comme si votre cerveau était, lui aussi, sous emprise !

J’ai une bonne nouvelle à vous annoncer : vous n’êtes pas responsable de cette situation, ni de vos kilos en trop.

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, voici la deuxième : en comprenant les mécanismes de l’addiction, et par des astuces simples à mettre en pratique, il est possible de déconstruire cet attrait immodéré pour le sucre.

Retrouvons nous pour une web conférence le 23 mai à 20h30 à l’adresse ci-dessous:

Cliquez ici, places limitées:

https://attendee.gotowebinar.com/register/2701036474165622539

 

 

Le kéfir, pour quoi faire?

IMG_7593
Kéfir, voilà un mot qui revient souvent sans que l’on sache vraiment à quoi cela correspond. Une préparation de lait fermenté, un jus de fruit ?
La réponse est qu’il existe deux types de kéfir. Le kéfir de lait et le kéfir de fruit.
Je vais vous parler aujourd’hui du second car c’est celui que je connais, que j’ai préparé et essayé.
Quand on apprend à connaitre toutes les vertus de cette boisson, la curiosité se fait plus plus piquante, et l’attention plus vive.
Alors commençons par découvrir les nombreux pouvoirs du kéfir de fruit sur notre santé.
Le kéfir est un probiotique naturel, il améliore donc le transit et restaure la flore intestinale.
L’immunité s’en trouve renforcée et bien des maux désagréables, notamment l’hiver, sont évités dans le cadre d’une consommation régulière.
L’estomac aussi bénéficie des vertus du kéfir qui soulage les reflux acides et les ulcères.
Le kéfir agit également au niveau pulmonaire en apaisant les maladies respiratoires telles que bronchites ou asthme.
Enfin, le kéfir est excellent pour lutter contre diverses éruptions cutanées.
Des témoignages rapportent aussi une diminution des douleurs articulaires, un soulagement de la vésicule biliaire ou des colites.

D’ou vient cette mystérieuse boisson ?
Le kéfir est une boisson ancienne, issue des pays de l’est, plus précisément du Caucase.
Les graines servant à le fabriquer se transmettaient de générations en générations. Aujourd’hui elles s’offrent, telles un cadeau-santé.
Les graines de kéfir sont un mélange de levures et de bactéries et se reproduisent quand on s’en occupe . C’est ainsi que le kéfir permet de constituer une chaine de dons pour le bien être de chacun.

kefirComment prépare t’on le kéfir ?
Mettez environ 5 cuillères à soupe de graines de kéfir de fruit dans un pot (type gros pot de confiture) en verre d’1,5 litre. Versez 1 litre d’eau minérale. Ajoutez 2 cuillères à soupe de sucre blond, un demi-citron tranché et 2 figues sèches. Recouvrez de gaze pour protéger de la poussière ou des insectes et laissez reposer le kéfir de fruit de 24 à 48 heures à température ambiante, à l’abri du soleil direct. Filtrez ensuite le kéfir avec une passoire en plastique et conservez les grains dans de l’eau minérale légèrement sucrée au réfrigérateur. Le kéfir ne doit pas être en contact avec du métal, il est donc préférable de le manipuler avec des ustensiles de cuisine en bois ou plastique.
Vous pouvez utiliser les figues et le demi citron comme compost pour vos plantations.

Choisir les bons sucres? Et si on s’y mettait maintenant?

IMG_7082

Que se passe t’il quand au fil des jours, des mois, des années, on consomme trop de sucre?

Caché derrière sa saveur douce et addictive, le sucre est un redoutable ennemi qui crée un terrain propice à bien des maladies. Baisse de l’immunité, allergies, rhumes, cholestérol, porosité intestinale, vieillissement prématuré, candidose, acidose, douleurs articulaires, hypertension, diabète, surpoids, maladies chroniques, anxiété, insomnies, cancer, la liste est longue.

 

Souvent de couleur blanche immaculée, symbole de pureté, le sucre est rarement décelé comme le coupable de tous ces maux. Alors les personnes en souffrance cherchent en vain l’origine de leur mal-être, de leur surpoids ou de leur maladie. Pourtant, le contrôle de l’index glycémique se révèle être une réponse à bien des maux, ou au moins, il se trouve être une étape incontournable.

Le sucre est une drogue dure, il serait même plus addictif que la cocaïne.

 

Que se passe t’il quand on en réduit la consommation ?

Très vite, le calme revient. Les coups de pompe de 11heures et de l’après midi disparaissent pour laisser place à une bonne énergie. La silhouette s’affine, en commençant par le ventre. Adieu les ballonnements et autres flatulences. Les intestins affichent une régularité horlogère. Le candida albican, ce champignon malfaisant qui vous sabotait la vie, n’est plus qu’un vieux souvenir.

L’énergie semble de nouveau libre de circuler.

Le sport ? Le tonus revenant, on a envie d’en faire davantage.

Le sommeil redevient profond et réparateur.

Qu’il est bon de se lever le matin ! Les nouvelles idées et la créativité reviennent. L’humeur est plus régulière. La sérénité s’installe et l’esprit est plus clair.

Les envies de sucre diminuent de jour en jour et vous découvrez de nouvelles saveurs plus subtiles.

Outre le poids qui fond, la peau devient plus belle et plus lumineuse. Les cheveux retrouvent un nouvel éclat. Même l’aspect « peau d’orange » sur les cuisses semble disparaître.

Vous en doutez encore ? Essayez! Modifiez vos habitudes sucrées et vous pourrez goûter à tous les bienfaits d’une alimentation saine.

 

Sugar Détox

 

Souriez!

IMG_7075
Vous êtes concentré, mélancolique ou tout simplement de très mauvaise humeur?

Eh bien souriez ! Même si l’environnement ne s’y prête pas, souriez quand même.

Que se passe t’il pour vous quand vous affichez un sourire, même forcé, sur votre visage? En quelques secondes, plus de 17 muscles s’activent et votre cerveau reçoit une information liée au bien-être et au bonheur. Car depuis des années, votre activité cérébrale a enregistré le lien entre les moments joyeux et les sourires. D’ailleurs, à votre naissance, n’est ce pas le rassurant sourire de votre mère, de votre père et du personnel médical que vous avez perçu en premier ?

Dès que vous souriez, vous vous sentez mieux, plus détendu, et comme par magie, le monde semble vous sourire aussi.

Et puis le sourire est contagieux. Il apaise les tensions, estompe les conflits, réduit l’angoisse. Il est difficile de rester sérieux, et même impossible de froncer les sourcils face à une personne qui vous sourit. Essayez, vous verrez !

Enfin, les neurosciences ont démontré que le sourire peut génerer le même niveau de stimulation et de satisfaction cérébrale que le chocolat ou certaines saveurs sucrées. Alors si vous avez des difficultés à vous passer des douceurs du sucre, souriez, c’est une excellente aide minceur!

Poids de forme et énergie avec les probiotiques…

IMG_6542

 

Une flore intestinale harmonieuse est un socle de santé. En prendre soin est le préalable à toute démarche visant à retrouver minceur, bien-être, équilibres biologiques et même bonne humeur.

Quand certaines manifestations inconfortables laissent deviner que les intestins et leur flore sont malmenés, le réflexe habituel est de consommer des probiotiques. C’est effectivement une bonne idée. Mais le réensemencement de la flore ne peut se faire que sur un terrain déjà préparé.

Cela passe par une attention toute particulière sur quelques incontournables :

  • l’équilibre du pH: prendre des probiotiques en milieu acide ne présente aucun intérêt. Alors courez acheter un test de pH urinaire pour controler votre niveau d’acidité. Si les résultats sont inférieurs à 7, vos menus manquent de fruits, légumes, épices et herbes aromatiques. Peut être avez vous aussi une alimentation trop riche en protéines carnées et/ou en préparations industrielles ?
  • Les bons gras sont indispensables à l’imperméabilité de la paroi intestinale et aux bactéries qui composent la flore. Une supplémentation en oméga 3 ou une quinzaine de noix quotidiennes (qui ne font pas grossir, rappelons le…) peuvent s’avérer efficaces et opportunes.
  • Pour une santé optimale, les bactéries intestinales ont besoin d’un support qui manque à notre alimentation trop raffinée : les fibres. Celles ci sont apportées par les céréales complètes, les fruits et les légumes.

Une fois tous ces préalabes assurés, vous pouvez faire une cure de probiotiques et vous en trouverez tous les bénéfices.